Architecture arménienne Հայ ճարտարապետություն Armenian architecture 
Армянская архитектура








Nervure



Accueil du site

Index des termes du glossaire


Notes préliminaires




                    
Moulure* à section arrondie, carrée ou plus complexe, qui souligne l’arête* de croisement de deux voûtes*. En principe, une nervure n’est pas assez forte pour remplir une fonction porteuse. C’est plutôt un élément symbolique et décoratif.
Par extension, peuvent être qualifiées de « nervures » les bandes saillantes, probablement symboliques, qui rayonnent ou dessinent une croix dans les calottes* de coupoles* arméniennes du viie s.
Un peu plus fortes, des paires de nervures dessinent, dans la calotte de quelques coupoles du xiiie s., une étoile à six branches. A cet égard, ces coupoles arméniennes évoquent celles qui, au xe s., coiffent les monuments musulmans d’Andalousie.
Très différents des nervures, les puissants arcs qui, dans de nombreux édifices monastiques arméniens du xiiie s., se croisent par paires pour soutenir d’amples voûtes (voir : Arcs croisés), sont au contraire des éléments porteurs.






Bakhtchéli/Bogatoïé (Crimée), monastère arménien. Égl. St-Sauveur (c. xive-xve s.). Nervures authentiques, d’inspiration probablement occidentale, à profil de boudin, soulignant les arêtes croisées de la voûte. Photo Tatévik Sargsyan.
Mren, église (années 630). Vue intérieure de la coupole. Nervures rayonnantes dans la calotte.
Monastère de Khorakert. Égl. principale (1e moitié xiiie s.). Sous la calotte de la coupole, six « nervures » forment deux triangles intersectés qui dessinent une étoile à six branches. Photo Zaven Sargsyan.
                          
                                


 














Collectif © 2019 AHA