Architecture arménienne Հայ ճարտարապետություն Armenian architecture 
Армянская архитектура








Dôme en ombrelle



Accueil du site

Index des termes du glossaire


Notes préliminaires




                    
Couverture (toit) de coupole* en forme de cône « plissé » donnant l'impression d'une ombrelle (d’un parapluie) à demi ouverte.
Cette configuration est directement liée au rang de pignons* qui couronne les tambours* sur lesquels s’appuient de tels dômes.
Cette forme pittoresque semble apparue en Arménie au sortir de l’occupation arabe, vers la fin du ixe s. ; elle est populaire dans ce pays au xie et xiiie s. et le reste jusqu’à nos jours.
Elle s’observe également en Allemagne occidentale à la période romane, et sur des mausolées turcs (türbe*) d’époque seldjoukide et mongole, ainsi que yézidis ; elle apparaît aussi ici et là en Asie centrale.






Zarindj, église (c. fin ixe-déb. xe s.). L’un des premiers exemples de dôme en ombrelle, avec seulement huit plis, peu marqués, engendrés par un tambour à huit faces
Khətzkonk, monastère. Église Saint-Serge (1024). Cet exemple « classique » d’ombrelle à 12 plis, sur les douze pignons du tambour, est qualifié de « couronne éclatante » par l’historien du xiie s. Samuel d’Ani.
Darachamb (nord-ouest de l’Iran), monastère Saint-Étienne (1643-1655 et c. 1680). En accord avec la richesse décorative générale du monument, l’ombrelle est enrichie par les croix-acrotères qui surmontent ses plis et par les têtes d’animaux, sortes de gargouilles, qui marquent leurs pointes inférieures. Photo A. Melikian.
                          
                                


 














Collectif © 2019 AHA